NON A TOUTE INITITATIVE VISANT A DESAFFECTER OU DECLASSER LES PARCS NATIONAUX DES VIRUNGA ET SALONGA OU UNE DE LEUR PARTIES POUR EXPLOITER LE PETROLE AU PREJUDICE DE L’HUMANITE ET DES COMMUNAUTES LOCALES EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

PETITION ADRESSEE AU CHEF DE L’ETAT DE LA  REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

A Son Excellence, Monsieur le Président de la République

Démocratique du Congo, à Kinshasa Gombe,

Excellence, Monsieur le Président de la République,

Nous, citoyens de la République Démocratique du Congo,

Avons appris avec regret  que le Gouvernement  encouragerait  une initiative très dangereuse à  travers des notes  Référencées N° M-HYD/ANM/PNI/hnb/0382/CAB/MIN/2018 et N° M-HYD/ANM/PNI/hnb/0383/CAB/MIN/2018 de Mars 2018 envisageant un projet  de désaffection  d’une partie du Parc National des Virunga couvrant les blocs pétrolier IV et V et d’une  autre du Parc National de la Salonga  et cuvette centrale couvrant le bloc II, tous sites du Patrimoine Mondial de l’UNESCO et sites RAMSAR.

 Conformément aux prescrits de l’article 27 de la Constitution de la République Démocratique du Congo, « Tout Congolais a le droit d’adresser individuellement ou collectivement une pétition à l’autorité publique qui y répond dans les trois mois. Nul ne peut faire l’objet d’incrimination sous quelque forme que ce soit pour avoir pris pareille initiative » principalement et en suite en vertu des dispositions  constitutionnelles et légales suivantes, de l’article 59 de notre constitution qui disposent que : « tous les congolais ont le droit de jouir du patrimoine commun de l’humanité. l’Etat a le devoir d’en faciliter la jouissance » , de l’ article 9 de la loi n° 11/009 portant principes fondamentaux relatifs à la protection de l’environnement  qui dispose que « Toute personne a le droit de participer au processus de prise de décision en matière d’environnement et de gestion des ressources naturelles. Le public participe au processus d’élaboration par des autorités publiques des politiques, programmes, plans et règlements relatifs à l’environnement dans un cadre transparent et équitable défini et mis en place par lesdites autorités. Le public concerné a également le droit de participer, dès le début et tout au long, du processus de prise de décisions qui ont une incidence sur son existence ou peuvent avoir un effet important sur l’environnement, notamment les décisions en matière d’aménagement ».

Que nous, à travers les chefs Coutumiers, sommes ceux qui avaient cédé cet espace et aujourd’hui, elle sert toute l’humanité en terme de justice Climatique. Qu’il sert plutôt du devoir du Gouvernement de défendre les acquis de nos actions mises au service du Pays pour l’Humanité que de vouloir jeter nos efforts et notre histoire dans la poubelle en cette période où la RDC est qualifiée de deuxième puissance écologique mondiale et nous en sommes fière.

Des motivations avancées par le Gouvernement, l’on évoque la souveraineté de l’Etat, le droit au développement reconnu aux  Congolais, la supposition de l’existence d’une valeur économique de 7Milliards de Dollars sur l’espace sans imaginer l’essor des citoyens …. Son Excellence, la souveraineté appartient au peuple que nous sommes et celle-ci ne serait pas exercée contre le peuple. A lire les notes, nulle part la question des populations locales ni une préoccupation sur les droits, la nécessité de développer une économie durable fondée sur le tourisme, et les autres alternatives économiques existantes qui proviennent des services éco systémiques conservés  dans les aires protégées (l’eau, la foret, la régulation du climat, …), n’y sont pas avancé alors que les droits et vie des paysans en dépendent.

Son Excellence, la RDC, gagne et gagnera plus dans le développement des activités d’énergie renouvelable, le tourisme et la capitalisation des investissements de développement mise en œuvre par le Parc National des Virunga, et par toutes les autres aires protégées et patrimoine Mondial de l’ Unesco qui forment l’Héritage Naturel de ce grand pays. C’est possible et l’humanité tout entière gagnera.

Son Excellence, vous et nous, détenons des preuves sur des cas d’expériences dramatiques sur les vies et droits des communautés locales à la suite de l’exploitation pétrolière : la déforestation, l’insécurité, la pollution, la destruction des moyens de subsistance des communautés, le changement climatique, ….

Son Excellence, vous même avez pris l’engagement d’œuvrer pour la sauvegarde de l’Environnement, la promotion et protection des droits des paysans, le développement durable et dans votre programme, la question fait le centre de votre politique.

Au vu des considérations épinglées ci haut, nous ne sommes pas et ne serons pas d’accord,  avec cette initiative de désaffectation des aires protégées ou une de leurs parties au profit de l’exploitation du pétrole; quelques soient les motifs évoqués.

Il vous plaira donc, Excellence de faire revenir le Gouvernement dans la droite ligne en faveur d’un choix du modèle de développement durable respectueux des engagements, des lois de la République et les conventions internationales, de la volonté et participation des citoyens et l’amener à exercer  la souveraineté pour le peuple et non contre le peuple.

Dans l’attente de votre action rapide et motivée, nous vous prions  de croire, Excellence  Monsieur le Président de la République, en l’expression de nos salutations respectueuses et patriotiques.

Le format PDF du contenu : NE TOUCHE PAS SUR LE PARC NATIONAL DES VIRUNGA a imprimer 18 mai 2018 ii

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *